NOUS AVONS BESOIN DE VOUS pour nous faire ENTENDRE

Chères toutes, Chers tous,

Cette année 2014, nous avons décidé de mettre en place un nouveau système de cotisation pour l’ABPN asbl et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, afin que l’association soit représentative sur le plan politique, nous devons fournir des arguments et cela passe par un nombre suffisant de membres, soit de personnes qui se retrouvent dans notre démarche, nos activités, nos idées. Nous nous engageons à vous représenter en tant que psychologues spécialisés en neuropsychologie, à défendre notre profession, à lutter contre une vision médicalisante de nos interventions, à promouvoir son indépendance et à agir en faveur d’un remboursement des séances par l’INAMI.

Ensuite, nous souhaitons poursuivre les différentes activités cliniques qui nous occupent, à savoir : les soirées de conférences ; les soirées d’échanges ; les soirées d’Intervision Cognition et Vieillissement. Des soirées d’Intervision Cognition et Enfant vont également bientôt être mise s sur pied. Nos actions politiques nous amènent en outre à nous rassembler au sein du Secteur Clinique Francophone de la FBP. Ces évènements engendrent certains frais (collations; transport ; administration ; communication etc…)

De plus, nous prévoyons de construire un annuaire des professionnels en psychologie spécialisés en neuropsychologie efficace, confortable pour mieux nous recenser, nous connaître, pour améliorer notre visibilité et les échanges entre professionnels.

Enfin, devenir membre vous permet de bénéficier de plusieurs tarifs avantageux sur nos évènements  ainsi que sur les revues « Gériatrie et Psychologie – Neuropsychiatrie du vieillissement » (http:// www.gpnv.fr/) et « Neuropsychologie » (http://www.revuedeneuropsychologie.com/)

Une contribution de 30€ vous permettra de devenir membre sympathisant de l’ABPN pour l’année 2014 et de participer à son développement 

Voici un tableau récapitulatif des tarifs des activités de l’ABPN pour l’année 2014 :

 

                       NON MEMBRE          MEMBRE

Adhésion membre sympathisant – 30€

Tarif soirée de conférence           10€                               4 €

Tarif soirée d’échange                 5€                                 2€

Tarif soirée d’intervision cognition et vieillissement 5€      2€

Tarif soirée d’intervision cognition et enfance         5€       2€

INFOS PRATIQUES

Association Belge des Psychologues Neuropsychologues asbl

117, rue Artan – 1030 Schaerbeek

IBAN : BE58 0003 2591 8279

BIC : BPOTBEB1

Communication : adhésion ABPN + votre nom + votre prénom + votre adresse mail.

En espérant vous voir rejoindre les membres de notre association, nous vous remercions d’avance

Toute l’équipe

prochains événements hors ABPN

1. CWLN –  Cycle de Conférences 2013-2014:

« AVC et plasticité cérébrale » – 13 mars 

Docteur Jean-Michel Gracies, Professeur des Universités, Chef de service de la Fédération de Rééducation Neurolocomotrice, Hôpitaux Universitaires Henri Mondor, France

« AVC et épilepsie »

Docteur Pascal Vrielynck, neurologue, épileptologue, CHN William Lennox

 18h15 à Louvain-la-Neuve, au Cercle du Lac. Vous 

 

2. Congrès National – Troubles cognitifs et AVC – Rééducations neuropsychologiques

28 et 29/03/14 à Paris

https://drive.google.com/file/d/0B_pZL3FROL7KME1LZWpXdm5wYWVfX01TTGhlZ28tR2ZPV3Bj/edit?usp=sharing

3.Symposium organized by the Belgian Society for Neurorehabilitation

 “Fitness and Fatigue in Neurorehabilitation” le samedi 29/03/14 – VUB

https://drive.google.com/file/d/0B_pZL3FROL7KZG1TZnJZUjIwdEE/edit?usp=sharing

AUTISME : Projection et conférence ce 28/01

Cher/ chère-s tout-e-s,

Nous sommes heureux de vous inviter à la deuxième soirée conférence du cycle 2013 – 2014. Dans le souci de toujours favoriser les échanges sur notre pratique clinique, nous avons le plaisir de recevoir Nastasia Blaise et le Dr Nicolas Deconinck.
N. Blaise travaille au sein de la fondation SUSA (Bruxelles et Mons) (www.susa.be), centre de référence en autisme où le diagnostic et l’accompagnement constituent les missions principales. Elle nous proposera un exposé intitulé  « Autisme : éléments de diagnostic« .
Le Dr Nicolas Deconinck nous présentera un exposé intitulé « Vers une meilleure compréhension des signes précoces de l’autisme ».Il est neuropédiatre – chef de clinique adjoint à l’HUDERF et « dispose d’une équipe multidisciplinaire spécialisée et expérimentée pour diagnostiquer les troubles envahissants du développement, en particulier les troubles autistiques et le syndrome d’Asperger » (http://www.huderf.be/fr/pluri/ted/index.asp).
Afin d’introduire les exposés, Didier Minne (réalisateur belge) a accepté de venir projeter son documentaire « les enfants de Sisyphe », sorti en 2011 qui plonge au cœur d’un monde difficile d’accès, celui des autistes et psychotiques qui se laisse rarement observé et filmé avec autant de liberté. 

Nous vous attendons donc ce MARDI 28/01/2014 pour la projection à 18H et pour les exposés de 19H30 à 21h au CHU Saint-Pierre (rue haute, 322) / FORUM  – Aud. Bastenie

sur inscription par email à neuropsychologues@gmail.com

PAF : 10€ / 4€ (membres)

sisyphe

Pour devenir membre sympathisant de l’ABPN pour l’année 2014, nous vous demandons la somme de 30 € à verser sur notre compte BE58 0003 2591 8279.

Cette cotisation nous permettra de développer les activités de l’ABPN, à savoir l’organisation de conférences, de soirées d’échange et de groupes d’intervision (frais de déplacement des intervenants, nourriture, boissons,…), la création d’un annuaire des psychologues-neuropsychologues et l’amélioration de notre site web, la participation à des réunions sur la défense du titre,…

Cette contribution au développement de notre Asbl vous apportera également d’importantes réductions sur la participation à nos activités.

offre d’emploi – neuropsychologue indépendant

image003

 

We are now happy to announce the opening of Innova Square, a new innovative therapeutic center in Brussels area.

 

On this occasion, we are looking for new therapists to join our team (self-employed status):

 

ü  Several speech-therapists able to do assessments and speech therapy in English / French / Dutch or German (other languages ​​welcome).

ü  A Dutch or German speaking neuropsychologist (or bilingual).

ü  A psychomotor or physiotherapist.

ü  A psychologist or psychotherapist (cognitive-behavioral or systemic orientation)

You fit one of these profiles?

You have a particular interest in innovation in therapy?

You want to join a new young and dynamic team?

You speak multiple languages?

 

Please do not hesitate to contact us at: postmaster@innovasquare.be

 

More information on: www.innovasquare.be

neuropsy? métier d’avenir? l’ABPN réagit…

Bruxelles, le 03/12/2013

Neuropsy : un métier d’avenir ? ou une voie sans issue …

Après la lecture attentive de l’article paru dans le Références du 29/11/2013 intitulé “métier d’avenir : neuropsy ?”, écrit par C. Préaux (http://www.references.be/carriere/metier-davenir-neuropsy) nous, l’Association Belge des Psychologues Neuropsychologues asbl, souhaitons vivement réagir et faire entendre notre voix à propos de cette belle profession que nous exerçons… tant bien que mal. Il s’agit de comprendre que nous travaillons avec des populations très variées, en général au sein de différentes équipes et dans des conditions peu satisfaisantes compte tenu de la situation socio-économique.
Reprenons les différents points abordé dans cet article. En effet, la population est vieillissante et de plus en plus de personnes sont confrontées à la perte cognitive : au handicap invisible. Il est certain que nous sommes qualifiés pour prendre en charge, participer au diagnostic, accompagner ces personnes en situation de handicap ainsi que leur proche. En tant que psychologue spécialisés neuropsychologie, nous sommes avant tout disposés à travailler la relation à l’autre, la qualité de vie, le bien-être psychologique.

Rappelons néanmoins que nombreux psychologues spécialisés en neuropsychologie travaillent avec des enfants qui présentent des troubles d’apprentissage, des retards intellectuels, des troubles de la personnalité et du développement. D’autres travaillent avec des jeunes adultes traumatisés crâniens, ou qui présentent une pathologie psychiatrique, une assuétude. Certains apportent leur savoir-faire en Maison de repos ou dans un service de maladies infectieuses, dans les écoles primaires, dans les services de pédiatrie, de neurologie, de gériatrie … La neuropsychologie ne concerne donc pas qu’une population vieillissante ou cérébro-lésée…
Le rôle fondamental du psychologue spécialisé en neuropsychologie serait de poser un diagnostic? Nous ne sommes pas d’accord. Le rôle fondamental du psychologue spécialisé en neuropsychologie est de comprendre et d’analyser le fonctionnement cognitif du patient, de déterminer ses déficits cognitifs mais surtout de révéler ses capacités préservées et ses points forts. Nous participons donc à l’évaluation de la qualité de vie, de l’autonomie. Notre regard permettra d’adapter la prise en charge, de compenser les troubles, de favoriser une réinsertion socio-professionnelle réaliste, de maintenir des relations affectives de qualité.
Nous travaillons mieux lorsqu’on peut partager notre analyse avec nos collègues médecins (gériatre, neurologue, pédiatre…) mais également avec les ergothérapeutes qui souvent s’appuient sur nos informations pour adapter leur prise en charge ; avec les logopèdes ; avec les assistants sociaux ; avec les infirmiers ; avec les psychologues ; avec les kinésithérapeutes… Ces échanges interdisciplinaires vont favoriser une prise en charge globale du patient. Ces échanges permettent actuellement de pallier au manque de psychologue spécialisé en neuropsychologie dans ces services en raison d’une situation économique réellement difficile qui place les soins de santé mentale au second plan. Actuellement, la réalité de terrain est très confrontante. Peu de psychologues spécialisés en neuropsychologie peuvent se féliciter de travailler à temps plein comme salarié. La plupart travaillent à temps partiel dans différents lieux. De plus, cette profession d’avenir s’exerce en général de manière indépendante et se passe donc des bienfaits du travail interdisciplinaire.
L’attrait pour la neuropsychologie est bien compréhensible : la compréhension de la mémoire, les surprenants troubles neuropsychologiques, la dimension psychologique, la recherche scientifique, la diversité des domaines d’intervention… Cet attrait est tellement compréhensible qu’il conduit de nombreux étudiants à choisir cette option lorsqu’ils commencent leur master. Et lorsqu’ils doivent chercher un lieu de stage pour valider leur formation, c’est une première confrontation à la réalité de terrain : trop peu de lieux de stage proposés, des stagiaires souvent utilisés pour compenser le manque de neuropsychologues et donc peu supervisés.
Une fois diplômé, la première démarche consiste souvent à chercher un stage bénévole au sein des institutions, nombreuses à accepter ces propositions alléchantes de travail qualifié non rémunéré. En effet, les étudiants espèrent ainsi grossir leur curriculum vitae et à terme obtenir un emploi. A défaut de postes vacants, certains acceptent des emplois sous-qualifiés, d’autres tentent de travailler comme indépendants. Diplômés, ces psychologues spécialisés en neuropsychologie sont souvent amenés à cumuler les CDD, les temps partiels, les remplacements. Lorsqu’une offre d’emploi est publiée, les annonceurs reçoivent plus de cent cinquante candidatures, autant dire que la concurrence est rude et les candidats prêts à tout.
Entendons par là que le salaire proposé ne tient pas toujours compte non plus de l’ancienneté, du diplôme ; le psychologue spécialisé en neuropsychologie est confronté à une demande de rentabilité constante. Alors, non, les principales difficultés des psychologues spécialisés en neuropsychologie ne sont pas l’anosognosie (non prise de conscience des troubles par le patient) ou les troubles cognitifs en soi mais bien le contexte socio-économique, la notion de rentabilité des soins de santé, l’assimilation de notre profession à un geste technique, l’absence de sa reconnaissance, sa méconnaissance, le manque de moyens pour financer les prises en charge.
Malgré cela, exercer ce métier nous tient à cœur, nous passionne et nous anime. Etre psychologue spécialisé en neuropsychologie, c’est avant tout être au cœur de la relation, du questionnement, de l’accompagnement. Ce sont certains détails de la vie des patients qui nous permettent de donner du sens à nos actions et de continuer à investir notre énergie et notre savoir-faire. Mais ne nous voilons pas la face, ne parlons pas de métier d’avenir tant que les moyens ne nous permettront pas de l’exercer correctement dans des conditions décentes.

Isabelle Gosselin
Présidente de l’ABPN asbl (Association Belge de Psychologues Neuropsychologues)
Texte co-signé par les membres de l’ABPN asbl : Julie Bertels, Elodie David, Hélène Cuvelier, Stéphanie Iannuzzi, Donatienne Kremer, Chloé Nadeau, Sandrine Vandenbossche

CONFERENCE 26/11/2013 : l’évaluation neuropsychologique en psychiatrie

Cher/ chère-s tout-e-s,

Nous sommes heureux de vous inviter à la première soirée conférence du cycle 2013 – 2014. Dans le souci de toujours favoriser les échanges sur notre pratique clinique, nous avons le plaisir de recevoir Lucile Soyez et Catherine Godintoutes deux neuropsychologues en milieu psychiatrique. L’occasion de réfléchir ensemble sur la place, le rôle et la fonction du psychologue – neuropsychologue, sur l’intérêt d’un travail interdisciplinaire, d’un double regard?
Voici quelques mots d’introduction :
« l’examen neuropsychologique en psychiatrie »

« La neuropsychologie clinique  tant au niveau de l’évaluation qu’au niveau de la prise en charge, est depuis quelques années maintenant, assez répandue dans les services d’alcoologie. On   observe également un essor des neurosciences dans le domaine de la schizophrénie ou encore, plus récemment, dans les maladies affectives ( comme le trouble bipolaire ou encore la dépression majeure).

Dans cet exposé nous tenterons de dessiner la fonction du neuropsychologue en milieu psychiatrique et ce, au travers  la spécificité du bilan neuropsychologique chez des personnes souffrant de divers syndromes psychopathologiques. Ceci nous permettra d’aborder la question  du rôle des dysfonctionnements cognitifs dans le pronostic clinique et social des patients et de laisser place au débat quant à une prise en charge neuropsychologique de ces derniers. »

 

Nous vous attendons donc ce MARDI 26/11/2013 de 19h à 21h au CHU Saint-Pierre (rue haute, 322) / FORUM sur inscription par email àneuropsychologues@gmail.com

 

PAF : 7€

261113 affiche psychiatrie